Un match, d’importance capitale, sera joué mardi dans la ville de Thiès entre les Lions du Sénégal et les Mourabitounes de la Mauritanie. Une première depuis la double rencontre de 2003 au terme de laquelle le Sénégal s’était qualifié en coupe d’Afrique des Nations face à la Mauritanie (0-1 à Nouakchott et 0-0 à Dakar) !

 

En effet, l’enjeu est gigantesque et dépasse largement le cadre d’un match amical. Alors que la pression était jusque-là du côté mauritanien, elle s’est installée depuis trois jours au sein des Lions du Sénégal, après la défaite du Onze national, face aux Lions de l’Atlas (3-1).

 

Critiqués de toutes parts pour avoir été largement dominés par leurs adversaires marocains, mais aussi pour le peu d’engagement voire de patriotisme dont ils ont fait état, les Lions de la Teranga, particulièrement le technicien Aliou Cissé- jouent leur avenir.

 

Une seconde défaite de suite, surtout face au « petit poucet » de la Mauritanie, et même un match-nul, serait un scandale. D’autant qu’il s’agit d’une confrontation qui devra opposer une Nation qui a conquis la 20ème place mondiale et la première en Afrique à une qui se débat au bas du tableau, occupant dernièrement la 103ème place du classement FIFA !

 

Pour les hôtes de mardi, le challenge consiste à rectifier la sortie du Maroc et à regagner la confiance d’un peuple attaché aux sports et profondément meurtri par la dernière mésaventure de ses joueurs. L’impératif n’est ainsi pas seulement de triompher de la Mauritanie, mais de gagner avec un score dissuasif portant sur un écart considérable de différenbce de buts, et surtout, de gagner en y mettant la manière !

 

Voeu légitime, mais encore faut-il qu’en face, il n’y ait pas d’ambitions !... En fait, depuis la nuit des temps, s’il y a une formation que les Mourabitounes voudraient rencontrer, « et la remettre à la réalité » , c’est bien celle du Sénégal. D’abord pour l’histoire : le Sénégal en sélection « A »est toujours venu à bout de la Mauritanie, la première rencontre officielle entre les deux équipes des années 70 s’étant soldée par le score de 9 buts à 1 à Dakar. Ensuite, pour des considérations sociales, le Sénégal développant des sentiments insolents de supériorité devant des Mauritaniens qu’il ne cesse de traiter de « sportifs arriérés ».

 

Pour les présidents des fédérations des deux pays, l’enjeu est aussi de taille : si augustin Senghor a tant évité cette rencontre, c’est qu’il est persuadé que son opinion publique ne lui pardonnerait jamais une défaite face au Mourabitounes. Ce serait alors une hécatombe dans le pays ! Par contre, si Ahmed Yahya venait à triompher du Sénégal, il gagnerait la totale confiance de ses concitoyens qui douteraient encore de ce qu’il ne cesse d’appeler pompeusement, « mes réalisations ».

 

Alors que le Sénégal a toujours évité de rencontrer la Mauritanie en amical - ce qui lui permettait de garder la situation en l’état- la Mauritanie n’a jamais cessé en vain, de réclamer cette rencontre, qui constitue à ses yeux l’unique baromètre des progrès sportifs qu’elle réclame. La dernière requête à propos à été présentée par l’entraîneur Corentin Martins qui a tenté en vain, d’organiser un match entre les deux formations à l’occasion de la réouverture du stade olympique de Nouakchott en février dernier.

 

Pour les Mourabitounes, « battre les Lions de la téranga », est la plus grande preuve de consécration sportive possible... Pour les hôtes, « triompher de la Mauritanie » (surtout avec une importante différence de buts) est l’unique condition de réhabilitation du Onze national, mais c’est surtout « un acte qui doit ramener la Mauritanie à sa place, c’est-à-dire, loin, très loin derrière le Sénégal ».

 

Le décor dressé, rendez-vous est pris pour mardi et, place au jeu....

 

CA

L'Authentique