C’était un de ces aînés qu’on appelait toujours “Grand” au sens de grand frère. Il était sénégalais de nationalité mais mauritanien de cœur et de vie. Quand ses parents diplomates avaient quitté

la Mauritanie dans les années 70, Papa Brahim Gaye dit « Vieuc Gaye » avait  décidé de rester à Nouakchott. Après l’université à Bordeaux, en France, il est rentré en Mauritanie et pas au Sénégal.

Son attachement à la Mauritanie est illustré par son immense contribution comme responsable de l’équipe nationale de Basket-ball à l’unique grand titre continental remporté par le pays: La Médaille d’Or aux jeux panafricains de Tripoli en Libye dans les années 80 arrachée devant de très grandes nations dans ce sport comme le Sénégal, le Mali, la Tunisie, l’Egypte ou la Côte d’Ivoire.

La dernière fois que je l’ai vu, c’était chez mon père en décembre dernier au lendemain du décès de ce dernier. Il était venu avec mon ami et frère Elhadj Sy pour présenter les condoléances.

Deux semaines après, à Dakar, au Sénégal, j’ai rencontré des amis communs sénégalais auxquels, faute de temps, je n’avais pas annoncé le disparition de mon père, ils m’ont dit que c’était lui qui les avait appelés pour les informer et qu’il disait beaucoup de bien de mon défunt papa. Allahouma Arhamhou Wa Aghfirllahou Wa Aafouanhou.  الرحمة و الغفران و جنة الرضوان.

Lemine Salem