Nouakchott, 31 mars (APS) – La Mauritanie croit "en ses capacités et au travail" pour faire partie, dans le moyen terme, des nations qui se qualifient régulièrement aux compétitions phares du continent comme la Coupe d’Afrique des nations (CAN), ont analysé des dirigeants, techniciens et joueurs dans une série d’entretiens avec l’APS.

 "Nous constatons un bouleversement de la hiérarchie sur le plan continental et l’émergence des nations présentées comme petites dans un passé récent. Mais nous avons opté, à notre niveau, pour la mise en place d’un football qui intégrera la locomotive africaine lentement mais sûrement", a schématisé le président de la Fédération de football de la République islamique de Mauritanie (FFRIM), Ahmed Yahya.

 Arrivée deuxième dans un groupe de qualification à la CAN 2017 comprenant le Cameroun, l’Afrique du Sud et la Gambie, l’équipe nationale de Mauritanie vise la qualification à la prochaine édition sans en faire une obsession, a dit le président de la FFRIM.

 "Toutefois, précise-t-il, si notre bon parcours lors des éliminatoires a fait naître beaucoup d’espoirs nous refusons de vendre des rêves. Nous préférons travailler sur du réel en mettant sur pied une véritable politique de développement de notre football", a indiqué Ahmed Yahya.

 "Depuis notre élection en 2011, nous avons misé sur l’érection des infrastructures modernes, la détection de jeunes footballeurs, la mise en place d’une académie et l’organisation de compétitions régulières", a-t-il précisé, rappelant que, contrairement aux autres pays, la Mauritanie compte sur des joueurs locaux pour alimenter sa sélection A.

 "Nous n’avons ni des binationaux évoluant au très haut niveau ni des joueurs évoluant dans de très grandes ligues, nous sommes condamnés à travailler mieux et plus que les autres sur le plan des compétitions locales pour faire émerger notre football", a-t-il dit.

Ahmed Yahya a rappelé que l’ossature de l’équipe nationale est formée de joueurs ayant débuté sur le plan local.

 "Avec la détection, la Fédération a réussi à mettre sur pied une académie de 60 jeunes (U15 et U17) devant constituer l’élite de demain" a indiqué le président de la FFRIM qui s’appuie sur des compétitions régulières chez ces équipes de jeunes.

 "Chez les séniors, des primes incitatives donnent lieu à des joutes plus relevées", a-t-il commenté, soulignant que l’objectif est de relever le niveau des compétitions et de rendre les joueurs plus compétitifs.

 Après les éliminatoires de la CAN 2017 qui ont fait naître beaucoup d’espoirs, la Mauritanie s’est lancée dans la préparation de celles de la CAN 2019 en gagnant ses deux matchs amicaux contre le Bénin (1-0) et contre le Congo (2-1) les 24 et 27 mars derniers.

 Des résultats salués par le sélectionneur de la Mauritanie, Corentin Martins qui estime que son équipe est sur "une bonne lancée".

 "Lors de la première période contre le Bénin, l’équipe semblait tétanisée, en manque de confiance", a analysé le technicien français arrivé en Mauritanie au début des éliminatoires de la CAN 2017.

 "Nous avons mieux joué en deuxième période", a-t-il dit, se réjouissant de la bonne réplique donnée par ses joueurs aux"Nous avons mieux joué en deuxième période", a-t-il dit, se réjouissant de la bonne réplique donnée par ses joueurs aux Ecureuils emmenés par Stéphane Sességnon (Montpellier, France).

 Trois jours plus tard, la Mauritanie qui a joué "sans 6 à 7 titulaires" dont le capitaine Abdoul Ba (RC Lens), a dominé les Diables Rouges du Congo 2-1 après avoir concédé l’ouverture du score.

 "Nous étions mieux comparés à notre premier match contre le Bénin et j’ai aimé la réaction de l’équipe qui a posé le pied sur le ballon et qui a toujours gardé la confiance", a retenu Martins, ancien milieu de terrain international français.

 "Nous sommes sur une bonne dynamique et il faut le maintenir", a dit le technicien français.

 L’attaquant Adama Ba (AJ Auxerre, France), une des stars de l’équipe et qui a fait son retour chez les Mourabitounes après plus d’un an "d’incompréhension" selon le président de la FFRIM, a abondé dans le même sens.

 Le footballeur de 25 ans qui s’est dit heureux de retrouver ses coéquipiers s’engage à "travailler avec l’équipe pour décrocher une qualification historique à la CAN 2019".

 "Ce ne sera pas une partie de plaisir mais nous avons le groupe et l’expérience pour le faire", a retenu l’Auxerrois qui a participé aux deux matchs amicaux contre le Bénin et le Congo.

 "Ce sont de très bonnes oppositions et je suis heureux que le coach ait opté pour deux attaquants", a dit l’ancien Bastiais, rappelant que la Mauritanie est "le petit poucet" de sa poule de qualification.

 "Avec des équipes comme le Botswana, l’Angola et le Burkina Faso, nous acceptons le costume de petit poucet mais sur ces qualifications, nous vendrons chèrement notre peau", a-t-il commenté avant de se réjouir des deux victoires mais surtout du contenu des rencontres.

 Le nouveau sélectionneur du Congo, le Français Sébastien Migné qui a dénoncé l’arbitrage, a toutefois reconnu la valeur de l’équipe mauritanienne.

 "La Mauritanie fait partie des sélections sous-cotées en Afrique, les gens doivent se méfier car sans faire de grands bruits, elle travaille et avance", a dit le technicien français.

 Source :APS(Sénégal)