En déplacement en Mauritanie dans le cadre du match retour des tours préliminaires de la Coupe de la Confédération, l’Africa Sports d’Abidjan est tombé (1-0) devant FC Nouadhibou, le mercredi 21 février 2018, au stade municipal de Nouadhibou, et a dit adieu à la compétition.

 L’Africa Sports d’Abidjan est tombé (1-0), le mercredi 21 février 2018, au stade municipal de Nouadhibou, au match retour des tours préliminaires de la Coupe de la Confédération. Condamnés à l’exploit après le nul (1-1) du match aller à Abidjan, les Aiglons devaient battre le FC Nouadhibou dans son antre fétiche. Un défi qu’ils n’ont pu relever. Dominés de la tête et des épaules, ils ont finalement plié l’échine sur un coup de boutoir d’Abdoulaye Silèye Guèye (1-0, 65è).

 Les Oranges de Nouadhibou méritent amplement ce succès qui les place sur le chemin du Raja de Casablanca (Maroc).

 Les Ivoiriens étaient pourtant prévenus. La veille de cette rencontre, l’entraîneur camerounais du FC Nouadhibou, Njoya Mauril, qui se faisait une joie d’avoir repris le fauteuil de leader à l’issue de la 15ème journée de la Super D1, avait donné un signal fort. « Tous les matches se joueront comme les finales de coupe du monde…J’invite les supporters à venir nombreux le mercredi quand nous jouerons contre l’Africa Sports d’Abidjan. Il faudrait qu’ils viennent très nombreux, à travers leurs acclamations, leurs youyous porter cette équipe vers cette victoire historique que la Mauritanie attend depuis un certain temps. Nous avons confiance en ce public. Nous avons confiance en notre équipe, nous avons confiance en nos dirigeants. Et nous espérons inch Allah que la qualification sera des nôtres, le mercredi prochain. Aujourd’hui, c’était un avant-goût », avait-il déclaré, le vendredi 16 février 2018, à l’issue de la victoire (1-0) du FC Nouadhibou sur Nouakchott Kings.

 Pour n’avoir peut-être pas pris au sérieux la déclaration de Njoya Mauril, l’Africa Sports d’Abidjan est resté à quai et devra désormais se contenter du débat local. Dommage !

Source : linfodrome