Je me souviens encore, comme si c’était d’hier, de sa voix grave, mesuré et paternelle, quand il nous surprenait à escalader le mur séparant les deux lycées, national et technique.

-« C’est ainsi que vous allez mener la nation ? » disait-il.

Il transmettait un message, qui n’avait besoin de nulle théorie pour se distiller dans les filles de l’esprit et les rouages de la pensée. Sa personne était modelée pour instruire et convaincre.

Nous saurons, plus tard, à un âge avancé, que cet homme humble et modeste ; ce géant de la pédagogie et du patriotisme, préparait un avenir sacré pour les générations d’un monde retardé, auxquelles il croyait, comme au jour de la résurrection.

Ses yeux toujours aux aguets, furetant dans le fonds des âmes encore puériles, ne voyaient ni le noir, ni le blanc, mais la sacralité d’un Tout national, dont la partition ne pouvait être moins profane qu’un sacrilège.

L’hôte léger et peu encombrant est parti. Il a charrié beaucoup de valeurs dans son sillage, et n’a emporté de ce monde que très peu de choses.

Sa descente de ce train, aux wagons multidimensionnels, ne peut être un départ, rien qu’une pause. Les hommes comme Falla Thiérno, ne meurent pas, ils se reposent.

Ils ne se coupent pas « totalement » du monde, ils sont quelque part, émerveillés par les fruits de leurs semences.

Repose en paix, Maitre. Nous prierons pour toi, le reste, restant de notre vie.

L’envoyé de Dieu (psl), a dit : « Quand le fils d’Adam meurt, il est coupé du monde, excepté de trois canaux : une charité continue, un fils croyant, qui prie pour son âme et un savoir qu’il aura diffusé pour la postérité. ». Vous avez allié les trois conditions.

Félicitations professeur.

Si les armes n’étaient interdites ici, je vous aurais ébranlé la terre par vingt et un coups de canon.

Vous êtes venu dans le bien, vous avez vécu par le bien et vous avez terminé le trajet distribuant sagesse, morale, et tolérance sans jamais porter préjudice à personne.

Dormez en paix, cher maitre. Dieu veille sur vos actes et parfait votre prochaine destination.

Mohamed Hanefi