Corentin Martins a la peau dure.En dépit du revers de l'expédition marocaine, la FFRIM n'a pas jugé nécessaire de défenestrer comme il se doit le technicien français préférant plutôt couper la poire en deux. Une décision surprenante qui a soulevé un concert de réprobation. Aujourd'hui, la critique est d'autant plus virulente.Le Comité exécutif de la FFRIM ne semble pas avoir tiré les conséquences de ce désastre.D’autant que l’expédition marocaine fut une catastrophe nationale.En premier lieu, les  responsabilités du sélectionneur national sont pointées du doigt. Il a manqué d’autorité et d’ambition étalant au grand soir son visage de sélectionneur par procuration.

 Tout le monde y va de son petit mot mais parmi les propos tenus, l'un revient régulièrement : la demande de renvoi de Martins est plus que récurrente.Il est reproché à la FFRIM de garder envers et contre tous  l’ancien meneur de l’AJ Auxerre. De toutes les façons," s'il avait un peu de dignité, il serait parti depuis la seconde défaite face au Soudan.A cause de lui, le football mauritanien est submergé de honte et de dégoût." Martins ne pourrait être le véritable artisan du futur des Mourabitoune. Il est l’incarnation de la désintégration. Dans son costume soudainement étriqué de sélectionneur, Martins n’est pas l’homme qu’on Pense être celui de la reconstruction. La prolongation de son contrat fut une erreur monumentale qu’on aurait du réparer avec son limogeage.Avec  Corentin, on a atteint le seuil de l’ignominie. Le  laxisme s'est instauré et s’ y est même incrusté. C’est le sélectionneur le plus impopulaire de l’histoire du football mauritanien.

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention : www.rimsport.net

©Tous droits réservés