C’est une nouvelle qui  ne va pas plaire à bien de sportifs mauritaniens et plus particulièrement aux supporters et joueurs de Nouakchott king’s.Ils ont bien raison et pour cause.

Dans un pays comme la Mauritanie où les infrastructures font défaut, le premier réflexe de tout mécène est de poser les jalons d’un développement harmonieux, à travers la mise sur pied d’actes forts. Un souci que certains ne semblent guère partager. Force est de constater qu'un besoin criant se pose avec acuité à travers la Mauritanie.

Ne disposant de terrain à fortiori de pelouse synthétique, les pensionnaires de Nouakchott King’s (toutes catégories confondues) sont contraint de s’entraîner au stade Cheikha Boidiya.Pourtant leur président, Yacoub Sidiya a le cœur de réhabiliter le stade M’Balou Mady Diakité de Kankan, la deuxième ville de la Guinée, et de laisser en rade sa propre formation. De quoi faire rougir bien d’esprits avisés. Dans un état piteux depuis plus d’une dizaine d’années, ce stade a fait peau neuve grâce un partenariat public-privé (PPP) entre le ministère des sports et l’opérateur économique mauritanien dont le nom avait été tenu secret. Le comble de l’ironie, Yacoub aurait fait venir des USA, la pelouse synthétique à Nouakchott avant finalement de se raviser et de  déporter le matériel à Kankan.

Le  coût global des travaux de cette rénovation s’élevait à 1 milliards 356.000.000francs Guinéens. Opérationnel début 2017 et avec un gazon synthétique de dernière génération et des tribunes de près de 20 mille places assises, le stade  a une nouvelle figure. « C’est tout de même, l’un des plus gros investissements depuis des dizaines d’années dans les infrastructures sportives », estime-t-on.

Selon des sources de presse guinéenne, le PDG de l’entreprise PHOENIX ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.  « Yacoub compte s’investir en Guinée pour la jeunesse en réalisant des infrastructures sportives dans plusieurs villes du pays », renseigne-t-on. Engagé dans la recherche aurifère, le président de Nouakchott king’s semble satisfaire la clause sociale.Quant à la clause patriotique, elle pourrait bien…

Pour rappel, Kankan est aussi retenue parmi les quatre sites qui devraient abriter l’organisation de la coupe d’Afrique des nations de 2023 prévue en Guinée.

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention: www.rimsport.net

©Tous droits réservés