Le championnat mauritanien de première division changera de dénomination, à partir de la prochaine saison. La FFRIM va mettre sur pied une super D1 et une Super D2. Ces deux innovations de taille seront introduites suite à l’adoption, par  la 17ème  Assemblée Générale ordinaire de la fédé, des propositions y afférentes. Un groupe de travail réunissant la FFRIM, la DTN et des représentants de la Ligue Nationale de Football (LNF) avait arrêté les contours de la réforme qui verra les premier et second niveaux de championnat changer d’appellation. Si la première division, rebaptisée « Super D1 », ne change pas de formule, la deuxième division change à la fois de nom (Super D2) et de format. Le Championnat régional, à l’origine considéré comme la seconde division, fera office de troisième échelon. Plusieurs innovations, donc, parmi lesquelles la fondation d’une compétition réservée aux joueurs âgés de moins de 20 ans, qui regroupera les équipes réserves des clubs de la Super D1.

 Dans son exposé, Ahmed Yahya a indiqué que ces réformes significatives ont pour objectif d’augmenter la compétitivité des championnats, le nombre de matches passant de 400 à 1500 par saison. Ce qui entraînera, inévitablement, une hausse des dépenses « mais nous sommes tenus à développer le football », a-t-il affirmé.

  Chaque formation de première division devra former une équipe-réserve, composée de joueurs U20 issus des U17 ayant disputé le récent championnat de la catégorie. Un championnat local  aura lieu à cet effet, à Nouakchott. Les 14 formations de Super D1 joueront,  chacune, dans leur zone respective (Nouadhibou, Kaédi, Aïoun, Zouérate et Nouakchott), du 15 Septembre au 31 Décembre 2017. Quant au Super D2, les douze équipes régionales ayant validé leur ticket, à l’issue des championnats locaux, rejoindront l’Armée et Toujounine (rétrogradés à l’issue de la saison 2016/2017 en seconde division), pour disputer la compétition, en vue de la montée, en treize journées (aller simple).

 1593 matches (toutes catégories confondues) seront joués la saison prochaine. « Un record qui marque notre souci de développer et pérenniser la discipline, et rendre meilleurs et compétitifs nos joueurs», juge le président de la FRIM. « L’initiation de ces compétitions garantira un développement harmonieux de notre football et constitue la voie de salut pour le hisser au diapason. C’est le chemin du progrès que nous devons emprunter ».

 La FFRIM n’entend pas lésiner sur les moyens financiers et les ressources humaines mais l’organisation de ces compétitions n’est pas sans poser de sérieux problèmes d’infrastructures. Le président de la FFRIM a dévoilé la maquette du Stade Cheikha dont les travaux de réhabilitation seront entamés en Septembre prochain. Ses capacités d’accueil seront portées à 8700 places assises, avec toutes les commodités afférentes.

 Ahmed Ould Yahya a annoncé l’acquisition de la totalité du financement, soit 1.600.000 $, alloué par la FIFA. La direction technique nationale disposera d’un nouveau bloc technique. Tandis que la Ligue nationale déménagera dans l’ancien siège de la FFRIM. Des boutiques de vente de produits dérivés et une cafétéria-restaurant, avec terrasse, seront aménagés au sein des anciens locaux de la LNF. « L’objectif », précise Ould Yahya, « est de générer des ressources qui devront être réintégrées dans les activités de la FFRIM ». Tous ces chantiers sont financés à partir des 500 000 $ alloués, par la FIFA, au titre de la gestion. Le Président de la FFRIM a également parlé de la construction d’un hôtel et d’une mosquée, au siège de l’instance qu’il dirige.

 Sur un autre plan, les délégués ont approuvé le rapport d’activités, présenté par Ould Yahya. Tout comme celui financier, présenté par le troisième vice-président Pape Amghar Dieng, qui fait ressortir 1.486.604.588 ouguiyas de recettes et 1.479.611.214 ouguiyas de dépenses. Des  résolutions sur le dopage, le contrat d’objectifs FIFA/FFRIM, le règlement des intermédiaires de joueurs, assorti de l’obligation de leur présence, sous peine d’invalidation desdits contrats, par la FFRIM, et les statuts des ligues régionales ont été adoptés. Deux nouveaux membres, en l’occurrence les présidents de FC Kaédi et FC Markez d’Aïoun, ont été admis, à la faveur de leur montée en première division.

 

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention: www.rimsport.net

©Tous droits réservés