Le bureau exécutif de la FFRIM vient de siffler la fin du dramatique feuilleton qui a tenu en haleine des semaines durant l’opinion sportive. Au cours d’une réunion tenue dans la nuit du mardi (13) au mercredi(14 juin), l’instance fédérale a débouté la requête de l’ASC Garde qui n’a produit, fait-on savoir, aucun document étayant sa thèse raidissant à vouloir  créditer de la nationalité saharaoui du sociétaire du FC Nouadhibou,Cheikh Yacine El Wely.

Par conséquent, la FFRIM qui s’est basée sur l’identification paraphée par une autorité compétente(le Commissariat Spécial de Police judiciaire) pour l’établissement de la licence exclue « toute fraude sur papier », et ce conformément aux règlements généraux (Article 30 Dossier de licence). « La FFRIM n’a aucune compétence pour rejeter un document officiel  dont la validité ne souffre d’aucune ambiguïté », articule-t-on.

Le  débat  fut houleux et s’est focalisé sur la nationalité prenant même  des proportions démesurées. Et à la fin, la sentence fut sans équivoque

Ainsi, les membres du bureau exécutif exceptée une seule voix discordante ont rejeté l’évocation de l’ASC garde. Et comme nous vous l’annoncions, la finale du 18 juin prochain mettra aux prises le FC Nouadhibou au FC Tevragh Zeïna.

 Le FC Nouadhibou sort blanchi de cette affaire et va aborder sereinement la finale de la coupe nationale.Les Orange tenteront de sauver leur saison.Tandis que l’ASC Garde devra contre mauvaise fortune bon cœur tourner la page d’une saison en demi teinte. Après avoir perdu aux tirs aux buts en demi finale de la coupe nationale, les protégés de Bourge avaient espéré se relancer grâce à cette évocation. Un scénario contraire s’y produisit.

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention: www.rimsport.net

©Tous droits réservés