Slemha Sid'Ahmed et ses coéquipières se battent pour créer la première équipe nationale féminine de Mauritanie. Il y a quelques années, l'idée d'une équipe nationale féminine mauritanienne était impensable.

La Mauritanie qui est une société profondément conservatrice ne le permettrait pas. Depuis la participation de la Mauritanie à la Coupe d'Afrique des Nations masculine 2019, les choses sont en train de changer.En juillet, alors que les hommes ont joué au plus haut niveau en Egypte, l'équipe féminine dirigée par Sid'Ahmed a accueilli Djibouti pour sa toute première compétition internationale.

Sid'Ahmed a déclaré à BBC Sport qu'elle avait la chair de poule alors qu'elle menait l'équipe au stade Cheikha Ould Boïdiya, à Nouakchott, devant sa famille et les supporters dans les tribunes.

"C'était un très grand honneur de jouer pour votre équipe nationale, mais il y avait beaucoup de stress et de responsabilités", se souvient la joueuse de 28 ans.Les débuts de la Mauritanie ne se sont pas déroulés comme prévu, les hôtes ayant été battus 3:1 par les Gazelles, une autre équipe novice du football féminin africain. Le voyage du capitaine

 Pour Sid'Ahmed, qui a commencé à jouer au football avec les garçons de son quartier à l'âge de six ans, le parcours n'a pas été facile.

Son père, chauffeur, et sa mère, femme de ménage, désapprouvaient le passe-temps favori de leur fille : les contacts physiques entre filles et garçons étaient socialement inacceptables pour sa famille et ses amis.

"Les filles ne jouaient pas au football en Mauritanie", explique-t-elle.

"La réaction de mes parents a été négative. En Mauritanie, la société n'aime pas que les filles jouent au football.

"C'était un gros problème de jouer au football dans ce genre de société. Jouer avec les garçons était la seule façon de s'entraîner."

Progressivement, ses parents ont été séduits par la passion de leur fille pour ce sport et à l'âge de dix-huit ans, Sid'Ahmed a rejoint le FC Camara, club amateur basé à Nouakchott, où elle a joué et s'est entraînée avec 20 autres filles.

Le FC Camara a remporté le championnat mauritanien trois fois, mais les conditions que Sid'Ahmed et ses coéquipières rencontrent restent périlleuses dans un club qui n'a pas les ressources nécessaires pour soutenir correctement une équipe féminine.

"Le club n'a pas la capacité de donner de l'argent aux filles ou de les payer ", a-t-elle expliqué.

"Parfois, nous devons acheter notre propre équipement. L'entraîneur essaie aussi de faire de son mieux".

"Si une joueuse ne peut pas acheter son équipement, nous essayons de l'aider à acheter des chaussures et des t-shirts. Ce n'est pas comme un club normal, parce qu'il n'y a pas d'argent, mais nous essayons de nous en occuper."

 Les premières étapes

Le football féminin compétitif a été introduit en Mauritanie en 2017 avec l'aide des fonds de développement fournis par l'organe directeur mondial du football, le Fifa Forward.

Les 211 associations membres ont eu droit à 1,25 million de dollars par an pour développer leur football national, y compris le football féminin, un chiffre qui a plus que quadruplé lorsque la Fifa a révisé le programme au début de 2019.

A la suite de la première qualification de la Mauritanie pour la Coupe d'Afrique des Nations masculine et dans le but d'assurer le financement du développement de la Fifa, la Fédération mauritanienne de football (FFRIM) a lancé une équipe nationale féminine en février.

La fédération a nommé Abdullah Diallo, un ancien international qui avait joué au Cameroun dans les années 80, comme sélectionneur avec pour mission de recruter des joueurs et de construire une équipe à partir de zéro.

"Il a fallu beaucoup de temps pour mettre en place l'équipe féminine, parce que nous luttions contre la culture locale et les Mauritaniens pour accepter que les femmes jouent au football", explique Oumou Kane, la responsable du football féminin à la FFRIM.

"La fédération craignait que les gens ne voient ça comme ça. C'était mon combat pour que les gens acceptent la réalité - les femmes qui jouent au football".

"C'est le poids de la tradition et le point de vue des gens, en regardant comment les femmes s'habillent et quels tenues de football elles portent".

"Cela dépend de la façon dont chaque fille veut s'habiller et de la façon dont elle veut porter ses vêtements - et si elle veut mettre un hidjab."

Après le match contre Djibouti, l'équipe s'est envolée pour l'Espagne pour un tournoi d'été auquel l'équipe U-20 mauritanienne avait déjà participé.

La Fédération a financé le voyage, tandis que les organisateurs du tournoi ont pris en charge l'hébergement à Majorque, les 22 membres de l'équipe vivant pour la première fois à l'extérieur de la Mauritanie.

La réalité du football international s'est avérée impitoyable pour Sid'Ahmed et son équipe lorsqu'elles ont affronté les Espagnoles de moins de 19 ans, ainsi que l'Inde et la Bolivie.

Acko Diabira a marqué l'unique but de la Mauritanie.

"En tant que capitaine, j'ai essayé de calmer les filles à chaque match", explique Sid'Ahmed.

"Je leur ai dit que c'était une première expérience et que nous devions jouer sans stress. Tu vas au stade et tu fais ce que tu peux".

"Vous essayez d'apprendre et de jouer autant que possible. Vous devez imaginer que nous venons de Mauritanie. C'est donc une grande transition que de passer de Djibouti à l'Espagne. Jour après jour, notre ambition grandit."

L'avenir

A l'avenir, la Mauritanie veut laisser une empreinte sur le football africain avec l'ambition de se qualifier pour la Coupe d'Afrique des Nations féminine.

Ils peuvent s'inspirer de leurs homologues masculins, qui ont déjà été classés quatrième meilleure équipe du monde derrière le Bhoutan, Saint-Marin et les îles Turques et Caïques avant d'atteindre la phase finale continentale plus tôt cette année.

"Il a fallu combien d'années à l'équipe masculine pour arriver là où ils sont ?", s'interroge Oumou Kane."Ma vision est de participer à la Coupe d'Afrique des Nations et à la Coupe du Monde 2027".

"Je veux y voir la Mauritanie. Le tournoi Cotif fait comprendre aux Mauritaniens que l'équipe nationale est là."

"En Mauritanie, le football féminin fait l'objet d'une plus grande attention. L'équipe nationale a des gens qui parlent. Certains seront d'accord, d'autres non, mais nous nous en occuperons."

 

Source : BBC Afrique