La famille mauritanienne des arts martiaux s’est donnée rendez-vous samedi (29 décembre 2018) sur le terrain de basket ball de la Nouvelle Maison des Jeunes de Nouakchott pour célébrer la 8é édition du mémorial sensei Sall Saidou, organisé par le dojo Yama Tsuki dont il fut l’illustre fondateur et principal formateur.  

La cérémonie a été présidée par le premier vice président de la Fédération Mauritanienne de Karaté et Disciplines Affinitaires, M. Ahmed Ould Telmidi. Une douzaine de clubs disséminés à Nouakchott ont répondu présents à cet événement pour honorer la mémoire de celui qu’ils considèrent comme étant le père du karaté mauritanien. Le premier vice président de la FMKDA (Fédération Mauritanienne de Karaté et Disciplines Affinitaires) n’a pas manqué d’ailleurs dans son discours d’ouverture de mettre en exergue l’action de l’illustre disparu pour la promotion du karaté en Mauritanie. Il a, également, magnifié les qualités aussi bien sportives qu’humaines de Senseï Saidou Sall.

Le président du club Yama Tsuki Senseï Samba Kamara a, aussi, abonde dans ce sens. Il a, notamment, insisté sur la volonté des dirigeants actuels de poursuivre avec hargne l’œuvre de leur Senseï.

(…)

 Un formateur pédagogue

Plusieurs ceintures noires qui ont accompagné Senseï dans son œuvre étaient présentes et ont apporté leurs témoignages sur l’œuvre du disparu. On notait la présence des Senseï Sy Mamadou secrétaire general de la FMKDA, le directeur technique Diop Abou, Senseï Cheybany Fall, Sensei Moulaye, Sensei Mohamed Fadel, Sensei Aliou Diallo, Zakaria Ly etc. Il y avait surtout la famille du défunt, sa veuve, ses frères et sœurs et Sensei Alioune Ciré Ba qui fut son ami le plus proche et co-fondateur du club Yama-Tsuki.

La soirée a été marquée par des tableaux de démonstrations de Katas suivis de Bunkai, de Kihons katas de techniques de self défense. Les différents clubs de Nouakchott ont rivalises de prouesses. Il ya également eu la finale interne des compétions de katas organises par les deux clubs de Yama Tsuki  sis a la nouvelle maison des et au PK 7. Les compétitions ont été menées sous la houlette de Sensei Samba Diallo, Yaya Diallo et Amadou Ba.

A l’issue de cette compétition des médailles ainsi que des kits scolaires ont été remis.

Fondé en 1981 par le Senseï Sall Saidou (Paix à son âme), le Yama - Tsuki Karaté Club a formé à ce jour plus de 4.000 budokas. Ce dojo qui cultive l’excellence à travers le travail, l’abnégation, la rigueur dans la sportivité, participe  régulièrement aux activités nationales et aux compétitions internationales. Ce centre, qui est basé à la Nouvelle Maison des Jeunes, compte actuellement 254 adeptes dont 74 débutants, 120 aspirants.

L’objectif de ce temple des arts martiaux de la Mauritanie est de former des cadres de cette discipline dans toutes les catégories, d’’améliorer les performances des jeunes au niveau du self défense à travers un esprit sain dans un corps sain. La lutte contre la violence est l’un des principes fondamentaux  de cette vieille et célèbre école qui cultive le courage chez ces jeunes. Elle introduit  une maîtrise de soi, par une large sensibilisation de ce noble art. D’autres activités associatives comme les loisirs, la sauvegarde de l’environnement et l’éducation de base sont aussi inscrites dans l’agenda de ce dojo, le plus ancien du pays.

Un grand maitre : une grosse œuvre 

Cette grande écurie a formé plusieurs grosses pointures dont on peut citer Alassane Niang dit Mohamed, Alioune Cire Ba, Ly Zakaria, Sy Mamadou, Haidara, Sidaty, pour ne citer que ceux-là et dont certains dirigent leurs centres afin de perpétuer la tradition.                

Ceinture noire, 5ème Dan, feu Sall Seydou nous a quittés le 6 décembre 2008, suite à une courte maladie. Me Sall a été enterré dans sa ville natale, Wothie, localité située à 7 km à l’est de Boghé dans la wilaya du Brakna.  Belle carrière de combattant mais aussi d’entraîneur émérite,  sensei  Sall  Saïdou,  de  taille  moyenne, cheveux grisonnants, fut dès 1984,  vice champion à Dakar  lors  des  premiers  championnats d’Afrique de karaté. Sensei Sall Seydou assurait les fonctions d’entraîneur et de combattant : une ambivalence qu’il a su maîtriser avec brio pendant plusieurs années. En 1986, maître Sall Seydou défendit honorablement les couleurs de la Mauritanie aux championnats de l’Union du Maghreb arabe.  Il a aussi représenté la Mauritanie en Espagne pour des stages de préparation, en Afrique pour des réunions techniques de haut niveau et sur la scène internationale pour des cours de formation de formateurs dans l’entraînement des sourds, des muets et des aveugles. Mais aussi des adultes.  Agent de l’ASESCNA jusqu’à sa retraite, Maitre Sall Seydou avait l’art de diriger ses troupes quelles que soient la pression et les conditions climatiques ou la compétition. Fin organisateur de séances de démonstration, Maître Sall dirige, rectifie, corrige, donne des conseils au besoin.

Pourrait – on lui rendre un hommage à la mesure de l’immense œuvre que ne cesse de perpétuer une jeunesse qu’il a façonnée, protégée, orientée, éduquée, formée ? Nul doute que la famille sportive entière se rappellera de ces jeunes qui ont appris les BAB des arts martiaux chez eux sur un plateau d’argent. Ceux-là qui, aujourd’hui, ont pris le relais avec doigtée.   

Source : AKSY " journal Horizons"